Bookmark and Share

Mis à jour le 13/05/09

La mondialisation: de quoi s'agit-il?

Il y a toujours eu des mondialisations, depuis l'empire romain! Mais la 1° mondialisation qui permet la constitution de flux commerciaux entre l'Orient et l'Occident est celle de la Pax Mongolica, qui, du XII° au XIII° siècle va permettre aux marchands de circuler en toute sécurité de la Mer noire à Pékin. C'est l'époque des voyages de Marco Polo. Puis viendront la mondialisation espagnole du XV° siècle avec la découverte de l'Amérique, la mondialisation hollandaise du XVII° puis la mondialisation anglaise, la Pax Britannica, des XVIII° et XIX° siècle, qui sera détronée part la mondialisation américaine qui sera bientôt remplacée par un retour de la mondialisation chinoise.

L'expansion commerciale ne fut jamais le moteur en soi de la mondialisation, mais elle a accompagné l'expansion de l'Etat et la stabilité politique. Le développement du monde est le fruit du développement politique et non celui du "marché" comme agent de développement de l'histoire comme le prétend l'économie néoclassique. J'expose cette dynamique dans "L'innovation, une affaire d'Etat". L'ouvrage le plus complet sur l'histoire des mondialisation est récemment paru: il s'agit de Power and Plenty de Findlay et O'Rourke. N'attendez pas qu'il soit traduit en français: l'édition française est trop occupée à publier des ouvrages essentiels sur les aventures de Nicolas, Ségolène, Carla et Cécilia!

  • Le poids des échanges internationaux dans l'économie ne s'est pas accru de manière considérable, contrairement au discours des gourous de la mondialisation. Il est en fait à peine supérieur au niveau de 1914 si l'on prend les chiffres du commerce international, qui représente à peine plus de 20% du PIB mondial.
  • Si l'on prend l'investissement direct à l'étranger, il est même presque plus faible qu'en 1914 en Europe.
  • L'entre-deux-guerres (1918-1939) a été une période massive de dé-mondialisation, qui est un phénomène permanent de l'histoire humaine, avec des phases ascnedantes et descendantes et des rapports de force différents, depuis la Pax mongolica.

Part du commerce international, en % du PIB mondial

Ce qui change réellement,

Pratiquement, le premier secteur bouleversé par cette nouvelle économie de l'information est celui des marchés financiers.

Si les échanges commerciaux ont peu changé en quantité, ils ont changé qualitativement, avec la croissance du poids des services. Ils occupent aussi une part beaucoup plus importante dans l'économie américaine:

Ce qui a changé,
  • c'est la croissance considérable de la productivité au cours du XX° siècle qui met à la disposition de l'humanité des richesses beaucoup plus considérables.
  • c'est la création de nouveaux produits et de nouveaux canaux de communication et de distribution, innovation accélérée, la vraie révolution est dans l'innovation dans les organisations beaucoup plus que dans un nouveau projet métaphysique fondamental que voudraient nous vendre les frères Attali.
  • La croissance du commerce est surtout liée à la désintégration des chaînes de valeur: les éléments d'un même produit vont être fabriqués là ou la main d'oeuvre est la moins chère.
  • MAIS compte tenu de la part du commerce intra entreprises, la part nette du commerce dans le PIB mondial n'a pas changé depuis le début du XX° sicècle.
  • c'est l'écart croissant entre pays riches et pauvres, et entre riches et pauves au sein des nations (More pain than gain), et surtout un changement radical dans la répartition de la valaur ajouté aux dépens des salaires.

Sources:

La mondialisation, c'est celle des marchés financiers.
Toutefois, la mondialisation actuelle a ses caractéristiques propres: le poids des Etats-Unis dans la mondialisation s'est accru et la nature des échanges s'est modifiée, avec une croissance du poids des services.

Un ouvrage de référence indispensable:

 

Le discours sur la mondialisation a donc une réalité essentiellement idéologique.
  • Il n' y a pas de libre circulation de la main d'oeuvre ni réellement des marchandises
  • La croissance du commerce international est principalement due à la désintégration des chaînes de valeur et à la délocalisation de la production dans les pays à bas salaires
  • Mais..., cette mondialisation, liée aux technologies de l'information, s'inscrit dans la révolution technologique provoquée par cette dernière: il y a donc, comme dans les révolution industrielles précédentes, redistribution des cartes entre les avantages concurrentiels des nations!

2- Quelles sont les conséquences?